Menu 03 52 62 01 50
36 Place Carnot
59500 Douai
03 52 62 01 50
36 Place Carnot 59500 Douai
36 Place Carnot 59500 Douai Lundi – Vendredi :
9h à 12h et 13h à 18h30
Sonia Serra

Avocat en droit des victimes au Barreau de Douai

Mon cabinet d’avocat au Barreau de Douai vous reçoit sur rendez-vous pour tout dossier nécessitant conseils ou assistance. Je plaide devant toutes les juridictions de France, notamment devant la Cour d’appel de Douai et devant le Tribunal de Grande Instance de Douai.
Dans mon cabinet d’avocat à Douai, je mets à votre disposition mes compétences dans le domaine du droit privé, notamment le droit des victimes :
  • Conseils, assistance et défense sur les préjudices corporels dont le client est victime : suite à des violences conjugales ou autres agressions
  • Défense et assistance à la victime d’agression, à la victime d’accident de la vie et à la victime d’accident de la route, procédure pour la constitution de la partie civile
  • Conseils et assistance, défense de la victime touchée par l’erreur ou la faute médicale, ou encore par les aléas thérapeutiques
  • Action en justice pour l’indemnisation des victimes avec évaluation et calcul des réparations en considérant les préjudices physiques ainsi que les préjudices psychologiques

Les violences conjugales

Erreur ou  faute médicale
Les violences conjugales sont des violences commises au sein de la famille par un conjoint à l’encontre de l’autre conjoint ou des enfants. Ces violences peuvent être physiques, psychologiques, verbales ou sexuelles ; elles sont réprimées par la loi civile et la loi pénale. Les victimes de violences conjugales ont à leur disposition des mesures de protection auxquelles elles peuvent recourir en urgence, si besoin. La fuite hors du domicile conjugal constitue une mesure temporaire et précaire sans dispositif de protection. Le conseil d’un avocat permet d’aborder une solution plus sûre : une ordonnance de protection des victimes de violences corporelles s’obtient auprès du juge aux affaires familiales qui statue en référé. Des sanctions pénales peuvent s’appliquer, en fonction de la plainte déposée par la victime. Le cas échéant, la demande de divorce sera introduite par l’avocat à la demande de la victime de violences conjugales.
Violences contre les femmes La loi vous protège
 
7 jours sur 7, du lundi au vendredi de 9h à 22h, les samedi, dimanche et jours fériés de 9h à 18h.
Appel gratuit.
Le numéro n'apparaît pas sur la facture de téléphone


Les préjudices corporels

Les préjudices corporels peuvent se produire de manière tout à fait inattendue. Une agression, un accident de la vie courante, un accident de la rue ou tout autre événement imprévisible constituent tous des situations dommageables physiquement.
 

La victime d’agression

Une agression ou des violences physiques peuvent se produire durant un vol, une attaque ou un attentat terroriste, des personnes peuvent aussi subir des coups et blessures ou des violences conjugales… Dans ces cas, la victime d’agression est en droit de réclamer réparation, car il y a eu des actes violents dans l’intention de blesser. L’avocat l’assiste pour porter plainte en vue d’obtenir l’indemnisation de la victime, notamment durant la constitution de la partie civile.
 

La victime d’accident de la vie

Les accidents sont courants au quotidien, la victime d’accident de la vie peut se blesser par elle-même ou être blessée par l’intervention d’autrui. Les principaux types d’accidents sont notamment l’accident domestique (chute d’objet dans la maison, chute de la personne, coupure corporelle dans la cuisine, brûlure…), accident de bricolage (blessure, coupure, brûlure) ou accident de jardinage (chute, coupure, ingestion de produit toxique), accident durant les vacances ou les loisirs, etc.
 

La victime d’accident de la route

L’accident de la route peut faire plusieurs victimes, la loi considère les victimes directes telles que le conducteur, les autres automobilistes, les passagers, les piétons ou les cyclistes touchés par le sinistre. Les proches de la victime d’accident de la route sont considérées comme des victimes indirectes, ayant également droit à une indemnisation.

 

L’indemnisation des victimes

L’indemnisation des victimes constitue une démarche de longue haleine. Outre la plainte à déposer le plus rapidement après les faits ayant causé préjudice, la victime doit souvent attendre la consolidation des blessures pour obtenir une indemnisation totale. Le préjudice peut pourtant toucher les revenus de la victime et de ses proches, en cas d’incapacité physique de celle-ci à reprendre son travail. Le calcul des indemnisations tient compte de tous ces préjudices, y compris les préjudices matériels, les séquelles de dommage corporel, les préjudices physiques (maladie chronique ou infirmité), le préjudice esthétique ou sexuel causant la perte de chance de relations affectives normales…
La victime peut avoir subi des préjudices de nature à perturber la scolarité, ou causant le besoin d’aide d’une tierce personne dans la vie quotidienne. Les indemnisations sont évaluées en tenant compte de cet état de la victime, avant et après consolidation des blessures. Avant consolidation, les préjudices physiques et les préjudices psychologiques sont déjà évalués et chiffrés en dédommagement : ils comprennent notamment les frais de soins actuels, l’indemnisation de perte de revenus, les frais d’appareillage… Les préjudices qui persistent après consolidation font l’objet d’autres chiffres pour une indemnisation différente de la précédente.
Toutes ces estimations de préjudices comprennent l’indemnisation pour l’accident portant atteinte à l’intégrité physique ou psychique de la victime, ou causant un arrêt de l’activité professionnelle définitif ou temporaire…
COMPÉTENCES
Sonia Serra Itinéraire Contact